Déjà client ?

Connectez-vous pour retrouver toutes les informations de votre compte.

Mot de passe oublié ?
Nouveau client ?

Nouveau sur Kokopelli ? Créez votre compte en 30 secondes !

Semences Biologiques,
libres de droits
et reproductibles

Gabriel

PRODUCTEUR-MULTIPLICATEUR DE SEMENCES DANS LA SARTHE

 

Nouvellement installé dans le village d’enfance de sa compagne à l’ouest de la Sarthe, Gabriel est maintenant prêt à accompagner dans leur cycle complet toutes les variétés qui se plairont sur l’hectare de terre entourant son habitation. « J’ai oublié depuis longtemps l’idée de mener mes cultures comme une recette de cuisine. Il faudra bien attendre 5 à 6 ans pour connaître les conditions pédo-climatiques du lieu et les espèces adaptées. » Passionné d’agronomie, Gabriel a pourtant pu d’un seul coup d’oeil analyser les grains de limons qui filaient entre ses doigts. « J’hérite d’une terre battante et acidifiée. Ici, ce sont de vieux sols chargés d’aluminium. Une terre rustique d’élevage. » Ayant fait de la recherche de l’affranchissement des facteurs limitants une vraie philosophie, Gabriel n’en reste pas moins confiant quels que soient les freins et les risques à prendre.

Alors qu’il décrit avec assurance et précision ses choix de chaulage en calcaire non magnésien car la flore témoigne déjà d’une présence suffisante en magnésie et en apports légers et réguliers de fertilisants animaux locaux, on se rend bien compte qu’il ne s’est pas contenté du BTSA Analyse et Conduite des Systèmes d'Exploitation et du BTS Production horticole pour exercer son métier. « Après 4 ans d’études agricoles, j’avais l’impression de ne pas avoir suffisamment compris l’agriculture. Je me suis retrouvé parfois à servir de piquet dans des champs céréaliers pendant l’épandage d’insecticides et je me demandais vraiment ce que je faisais là, au milieu de cette chimie. Je me suis alors documenté par moi-même sur de nombreuses méthodes dont l’approche du sol d’Yves Herody que j’ai abordé lors de formations auprès du GABB 44. » 

Gabriel a alors franchi le pas, à la rencontre de sa femme, elle aussi fermement convaincue de la nécessité d’entreprendre une démarche de progrès vers une agriculture saine, et a monté sa propre ferme pour découvrir la « bio ». Dans une région où les maraichers étaient considérés comme les clochards de l’agriculture, Gabriel a su créer sa propre exploitation, une des cinq premières fermes picardes à être labellisées « Bio Cohérence », et mettre en place une sensibilisation alentour avec la création d’une AMAP. Une nécessité économique et une volonté d’autonomie l’ont amené à découvrir, accompagné du livre « Semences de Kokopelli », les premières productions de semences.

Son parcours n’a ensuite pas été des plus simples mais certainement parmi les plus enrichissantes car, de découvertes en déceptions, Gabriel a toujours su ouvrir et fermer les bonnes portes pour se diriger vers ce que lui dictait son amour profond de la terre. Handicapé par des problèmes d’aménagement, Gabriel a arrêté son exploitation au bout de 4 ans et il s’est installé en Anjou, berceau de la semence, pour un emploi de responsable de production chez Germinance. Il a alors découvert l’immense diversité des techniques de chacun des producteurs multiplicateurs du semencier. Suite à ce poste, il a mis en place une vitrine de production à la ferme St Marthe. Sa dernière expérience dans une ferme d’élevage lui a permis d’intervenir dans la production céréalière et de s’initier aux mécanismes des trieurs alvéolaires.

Inspirés par toutes ces expériences et par cette fascination pour les céréales qu’il tient surement de son enfance picarde, Gabriel a réussi à mettre en place son propre jardin de production de semences, qu’il voit à mi-chemin entre maraicher et céréalier, dans un nouveau lieu où seuls le sol et le climat lui dicteront leurs exigences. « Au fond, ce qui me plait dans ce milieu, c’est soigner mon sol, préparer les cultures, récolter les semences… Pour moi, être paysan, c’est s’inscrire dans une continuité. On hérite des anciens, de tout ce qu’ils ont amélioré au fil des années, c’est un don entre les générations, d’humain à humain… »

Se réapproprier le savoir-faire, c’est quelque chose qui tient à cœur à Gabriel, lui qui a grandi entre la serre de verre de son grand-père et les concours de maison fleurie de sa grand-mère. « Au décès de mon grand-père, j’ai repris le jardin à 9 ans, grâce à la transmission de ma grand-mère. Elle m’avait dit qu’on ne m’était pas d’engrais, que la chimie, ce n’était pas bien. Je crois que j’ai toujours gardé cette idée depuis. » Alors que sa grand-mère lui parlait de la dégénérescence des variétés, il a voulu prouver que cette belle sexualité des plantes pouvait encore être possible ; que le cycle, grâce à certaines variétés préservées, pouvait encore se répéter.

Grâce à la générosité de la nature et à sa maîtrise des techniques de production, Gabriel maintient désormais un stock incroyable de semences. « Je crois que ce qui me marque le plus dans les lois, c’est qu’un semencier puisse faire détruire les jardins des particuliers pour éviter les hybridations. J’aimerais comprendre en profondeur tout ce qui se trame pour pouvoir dénoncer en connaissance de cause et empêcher les catastrophes. J’ai même failli accepter un contrat où ma mission aurait été de confisquer les semences des peuples autonomes pour piquer certains ADN qui intéressaient l’entreprise et pour ouvertement écrouler le savoir local. J’admire énormément le travail de Kokopelli qui permet à toute la société civile de lutter grâce à l’explication des lois fondamentales, des enjeux autour de la semence… Je suis très flatté de pouvoir maintenant lutter aux côtés de l’Association avec mes semences. »

Et comme chaque petit grain de riz vient faire pencher la balance, il suffit à Gabriel, lorsqu’il passe ses journées au milieu des plantes, d’entendre de ses voisins qu’il a un beau jardin autour de sa maison pour se sentir bien, dans son élément. Sa faucille à la main, cet outil de bois et de fer qui le fascine tant et qui lui rappelle l’artisanat des villages italiens dont une partie de sa famille est originaire, Gabriel s’apprête, dès les premiers rayons de soleil venant chasser l’humidité ambiante de l’extrémité est du massif armoricain, à commencer sa première saison avec Kokopelli.

 

Livraison 24H
Paiement sécurisé
Semences libres de droits et reproductibles
Origine biologique certifiée