Semeur de Vie depuis 1999 !


Semences potagères et aromatiques Bios, libres de droit et reproductibles (non-hybrides F1 et non-OGM)


Newsletter de Kokopelli

Calendrier de semis

Contact

Rechercher sur le Site

~ Votre Panier est vide ~

Accéder au Panier

Les Rencontres Parrainages/Marraines

Rencontre Parrainage Kokopelli. 7/8 Mars 2009

Cette première rencontre s'est déroulée chez Maryse Watremez, productrice de semences pour Kokopelli, à Ligny en Brionnais (71). Nous étions une trentaine de personnes.

Participants de la rencontre de Mars 2009 Les Participants
de la rencontre de Mars 2009

Son principal objectif était de renforcer, structurer, dynamiser le réseau de parrainage.

Les thèmes abordés au cours de cette rencontre étaient de :

  • - partager nos joies et difficultés à conserver différentes variétés de plantes potagères;
  • - approfondir nos connaissances en matière de production de semences : échanges de savoir-faire, de techniques de protection, d’extraction, de conservation…
  • - réfléchir ensemble aux enjeux de la conservation variétale : quels critères de sélection, d’évaluation, quelles sont nos attentes, projection dans l’avenir…
  • - échanger, troquer des semences;
  • - maintenir et étendre les collections.

Nous avons démarré le samedi matin par une présentation du groupe, au cours de laquelle chacun a exposé ses expériences, ses questions et ses attentes. Les principaux points mis en avant ont été:

  • - le manque de contact entre adhérents de l'association ;
  • - le choix de la variété parrainée; adaptation au lieu de culture, à la région;
  • - la conservation d'un grand nombre de variétés et son intérêt;
  • - des questions pratiques d'aide à la production de semences : extraction, séchage, tri, conservation ...
  • - des recherches de solutions aux problèmes phytosanitaires rencontrés pendant la culture;
  • - le questionnement au sujet des pollutions subies: voisins, potager en ville...

Après un pique-nique partagé, nous avons repris, en expliquant l'origine, l'organisation et les objectifs de la campagne de parrainage au sein de l'équipe de Kokopelli. En 2003, a été créée la gamme Collection, espace d'échanges de semences entre adhérents/parrains de l'association, hors du système commercial. Au démarrage, le choix des variétés placées dans cette gamme a été arbitraire : les moins vendues, les plus petits stocks, les moins connues. Pour reproduire ces variétés et les faire connaître, il a été décidé de faire appel aux adhérents. En effet, l'objectif de Kokopelli n'étant pas de conserver des semences dans des frigos et congélateurs, mais des semences vivantes, s'échangeant entre jardiniers. Ce travail sur des semences vivantes continuent la co-évolution des plantes avec l'homme. La mise en pratique demande un minimum de savoir-faire. Kokopelli a alors organisé en parallèle, des stages de production de semences pour former les jardiniers et montrer que reproduire sa semence est accessible à nous tous. Ensuite, sont venues des questions plus pratiques que nous avons débattues ensemble :

  • - combien de temps faire fermenter les semences de tomates ?
  • - doit-on isoler, voiler les tomates afin de garantir la pureté variétale ?
  • - à quoi reconnaît-on des semences de qualité ?
  • - comment l'équipe de Kokopelli traite les courriers, les semences qu'elle reçoit ?
Visite de la Ferme Visite de la Ferme

Pour finir l'après-midi, nous avons débattu sur les « limites » de la production de semences à petit échelle par des amateurs :

  • - risques de pollution génétique par les champs et jardins voisins ? Comment s'en protéger ?
  • - risque de consanguinité, de dégénérescence d'une variété quand elle est reproduite par un petit nombre de porte-graines ?

Le débat a été riche. Voici quelques points de vues :

  • - oui il y a risque de dégénérescence, c'est pourquoi il faut échanger ses semences, les faire voyager;
  • - mais alors il y a dérive de la variété car elle évolue ailleurs que dans son milieu d'origine;
  • - mais alors c'est où son origine ???
  • - les variétés modernes dégénèrent mais pas les variétés anciennes (ex: poireau Bleu de Solaize)...
  • - Bon, aucune certitude n'est ressortie de ce débat, les plantes évoluent, et les critères recherchés par les jardiniers et consommateurs évoluent aussi....

Cette riche journée s'est prolongée autour d'un magnifique boeuf bourguignon mijoté par Maryse et Fred. L'atmosphère s'est détendue autour de franches rigolades et de plonge...

Bourse d'échange de semences Bourse d'échange de semences

Dimanche, la matinée a été consacrée à la mise en place et au développement de réseaux locaux, de bourses d'échanges. Sylvie présenta l'expérience des bourses d'échanges des coopératives de Longo Maï. Les premières semences constituant les bourses ont été collectées auprès des différentes coopératives de Longo Maï. Ces semences étaient distribuées gratuitement sur des foires, des fêtes des plantes, des marchés. Les questions, les réactions sont nombreuses, il faut souvent expliquer la démarche, le but, les caractéristiques des variétés... Créer une bourse d'échange est un acte militant car il est illégal en France de donner ou/et échanger des semences. L'autorité attaque le symbole du don et l'incitation à l'autonomie semencière. C'est également un acte social d'aide aux personnes ayant des difficultés financières. En aucun cas ce n'est une conservation de collection. Les échanges et les retours de semences sont faibles. En pratique, Sylvie conseille:

  • - de conserver des souches à l'abri, de ne pas les apporter sur les bourses;
  • - de bien étiqueter les lots;
  • - de faire attention aux parasites : congeler systématiquement les haricots, pois, maïs... (pour des semences bien sèches).

Les stocks du début étaient petits et se sont étoffés par la suite, au fils des années. Pour dynamiser les échanges, il est utile d'organiser des ateliers d'extraction, de tri des semences en expliquant comment les reproduire. L'exposition des légumes à côté des semences est un bon moyen d'engager la conversation. Certains retrouvent des légumes cultivés par leurs parents ou grands-parents, reprenant ainsi goût au jardin et à la production de semences. Ce témoignage suscita de nombreuses réactions. L'idée générale qui en est ressortie fût d'organiser localement des échanges, à chacun ses initiatives, ses idées, ses envies.

Après le repas, une petite bourse d'échange s'est organisée autour des semences que chacun avait apportées. C'était un beau moment de convivialité. Ce fût un réel plaisir de voir autant de semences circuler, autour d'anecdotes et d'émotions partagées.

Pour conclure, nous étions tous ravis d'avoir passé ces 2 jours ensemble. Nous nous sommes quittés avec l'envie de recommencer ensemble mais aussi ailleurs, autour de chez soi. Quelques uns ont monté une bourse d'échanges, d'autres un stand d'information, d'autres encore ont proposé leur aide à Kokopelli pour présenter nos actions sur des forum, des rencontres, des fêtes de plantes...

Rencontre Parrainage Kokopelli. 5/6 Décembre 2009

Il s'agissait de notre deuxième rencontre de parrainage. Elle a eu lieu à Pierrerue dans les Alpes de Haute Provence dans une coopérative de Longo Maï.

L'objectif de cette rencontre étant de construire un réseau afin de conserver une collection de semences. Les sujets abordés lors de cette rencontre ont été divers et très riches notamment grâce à la présence de plusieurs intervenants: Gérard Brossette, collectionneur de variétés anciennes de Pomme de Terre, Jean-Pierre Berlan, Raoul Jacquin et Dominique Guillet.

Participants de la rencontre Participants de la rencontre

La rencontre a débuté tout simplement par un tour de table afin de faire connaissance et afin que chacun puisse exprimer ses attentes.

Une trentaine de personnes étaient présentes et divers points furent soulevés:

  • - Le choix des variétés mis en parrainage, par rapport à leur capacité d'adaptation au milieu.
  • - La conservation des variétés. Jusqu'où aller et pourquoi?
  • - Les différentes techniques pour la production de semences: isolement, voilage, selection, extraction, tri, conservation.
  • - Les problèmes phytosanitaires.

L'après-midi, après avoir partagé un excellent repas préparé par Longo Maï, Jean-Pierre Berlan est intervenu sur les questions de: “Qu'est-ce qu'une variété?” Qu'est-ce qu'un hybride? Actuellement, le mot “variété” est utilisé dans un sens totalement opposé. Quand on parle de variété, en réalité on parle de race; dans une race, on est tous différents. Aujourd'hui, le semencier fait des clones, des plantes identiques les unes aux autres alors que la diversité, c'est la vie.

Bourse d'échange de Semences Bourse d'échange de Semences

Dans le catalogue officiel des semences, le Gnis propose 90% de variétés hybrides appelées F1. Ce sont des croisements de variétés répondant à des critères bien définis. Or, ces hybrides ne peuvent être reproduits. Aujourd'hui, il y a un processus de confiscation du vivant qui est mis en place. Ils veulent nous priver de l'héritage de l'humanité pour avoir le monopole.
Puis, Gérard Brossette s'est exprimé sur le cas des variétés anciennes de pomme de terre en disant qu'auparavant les anciens se passaient les variétés de pomme de terre. Et quand une variété ne convenait pas à un terroir, on l'a donné à un voisin.

Cette journée s'est terminée par un copieux repas….

Le lendemain, Raoul Jacquin a abordé la question de selection de semences. Diverses questions ont été posées dont le fait de savoir si l'on peut récupérer des graines sur des plants malades? Si l'on est obligé, bien sûr car il ne faut surtout pas perdre la variété. Mais la plupart des maladies sont dues à des stress d'adaptation. Souvent une plante se sacrifie pour faire vivre les autres. Si l'on a un sol vivant, il ne peut y avoir de carences et de maladies.

L'après midi a été consacrée à la bourse aux graines, présentée par Sylvie, avec son expérience des bourses d'échanges des coopératives de Longo Maï. Les bourses aux graines sont des actes militants. En France, il est interdit de donner des semences. De plus en plus de bourses aux graines sont effectuées dans diverses régions de France.

On en a conclut que la biodiversité n'est pas un problème. Le problème, c'est le sol. Il n'y a plus de vie dans les sols. On a des variétés adaptables et des conditions de milieux dans lesquels on peut retrouver des variétés. La semence anticipe dans sa capacité à conserver son patrimoine génétique. La semence ne dégénère pas, elle s'adapte.

Ces deux journées passées ensemble furent très enrichissantes. Nous sommes partis encore plus motivés que ce que nous l'étions à l'arrivée, certains avec l'envie d'organiser des bourses aux graines, d'autres des stands d'informations…

Rencontre Parrainage Kokopelli. 25/26 Juin 2011

Cette troisième rencontre s’est déroulée chez Lino Chiaradia, représentant de Kokopelli sur plusieurs manifestations dans le Sud Ouest. Nous étions une trentaine de personnes de différents horizons et parcours professionnels, réunis dans l’objectif de consolider le réseau de parrainage.

Bourse d'échange de Semences Bourse d'échange de Semences

Les échanges furent intenses et enrichissants:

  • - les enjeux de la conservation variétale dans un monde capitaliste ;
  • - les critères de sélection, choix des portes-graines, conseils pratiques pour extraction, puis limite de l’échelle amateur ;
  • - le fonctionnement de l’association Kokopelli ;
  • - la législation sur les semences…

Nous avons commencé le samedi matin par un tour de table où chacun a pu se présenter et exprimer ses attentes. Des maraîchers, une productrice de plantes médicinales ainsi que l’association Passe-Graines étaient présents en plus de jardiniers amateurs. Ces échanges ont soulevé plusieurs questionnements, comme la répartition des variétés chez les parrains, la sélection de porte-graines, des problèmes pratiques concernant l’extraction de semences, et le stockage…

Après une longue pause repas où les discussions n’en finissaient plus, nous avons repris en faisant un historique de l’association et en expliquant son fonctionnement. Kokopelli n’avait pas la capacité de reproduire toutes les variétés. Une partie a donc été confiée aux adhérents. En parallèle, des stages de formation de semences ont été mis en place. Par la suite, des questions sur la législation des semences ont été abordées : le catalogue officiel, la différence entre la vente des semences pour un usage commercial ou non commercial et retour sur le procès « Kokopelli – Baumaux » à l’occasion duquel l’avocate de kokopelli a saisi la Cour Européenne de Justice « Est-ce que les lois françaises et européennes protègent bien la biodiversité potagère ? »…

Cette fin de journée s’est prolongée joyeusement par un excellent risotto mitonné avec amour par Lino.

Les Participants de la rencontre Les Participants de la rencontre

Le dimanche matin, tour de jardin et discussions techniques autour des portes-graines de salades, oignons… Merci à Didier Meunier pour ses conseils professionnels. Retour à l’ombre, la parole fut donnée à l’Association Passe-Graines. Elle a pour objectif de sauvegarder les variétés anciennes locales et ariégeoises. Actuellement, ils sont entre 40 et 60 personnes échangeant, cultivant, conservant les semences utiles au quotidien mais aussi se retrouvant « pour préserver notre autonomie face au durcissement de plus en plus évident des pouvoirs publics indissociablement liés aux lobbys semenciers qui voudraient s'accaparer le vivant (OGM, catalogue officiel, purin d'ortie etc…). Parce que la sauvegarde de la diversité potagère et la préservation des équilibres naturels nous a semblé passer par chacun de nous ».

Après-midi d’échanges de graines, de conseils, d’astuces et prolongement des échanges sur les aspects pratiques de la gestion de la conservation des semences : manque de temps, de place, de sens… N’oublions pas que cette richesse est indispensable aujourd’hui à notre survie alimentaire et tout particulièrement à la majorité de petits paysans exclus de notre confort moderne.

Ce site est une création de Étienne Samson, de Ananda Guillet avec l'aide d'Ivan Thé pour la mise en page des articles  ~ Contactez un Webmaster ~